Dépôt numérique - propulsé par les bibliothèques
RECHERCHER

Le principe de la répartition géographique dans le recrutement des administrateurs et fonctionnaires de rang supérieur du Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies - le cas du Canada

Patry, Julie (2008). Le principe de la répartition géographique dans le recrutement des administrateurs et fonctionnaires de rang supérieur du Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies - le cas du Canada. Mémoire. École nationale d'administration publique, 135 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (12MB) | Prévisualisation

Résumé

Dans la poursuite d'une série de mesures en vue d'améliorer le fonctionnement de l'Organisation des Nations Unies et de faire suite aux réformes engagées par ses prédécesseurs, l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, annonçait, le 17 décembre 2004, l'adoption d'un nouveau programme de réforme de l'Organisation. À cet effet, le 24 mars 2005, il déposait à l'Assemblée générale un rapport contenant plusieurs propositions de réforme. Parmi elles, figuraient plusieurs projets de changement en lien avec la gestion des ressources humaines du Secrétariat Le secrétaire général y mentionnait notamment le besoin pressant de remodeler entièrement le Secrétariat afin que l'ONU soit véritablement efficace. À ce propos, il rappelait que : Pour faire de réels progrès dans les nouveaux domaines, il faut que le personnel ait les compétences et les connaissances requises pour être à la hauteur des nouveaux enjeux. Il faut aussi déployer de nouveaux efforts pour «assurer à l'Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d'intégrité », comme il est prescrit à l'article 101.3 de la Charte des Nations Unies, tout en recrutant le personnel « sur une base géographique aussi large que possible », ce à quoi il convient aujourd'hui d'ajouter « et en veillant au juste équilibre entre les hommes et les femmes »

Dans le même ordre d'idées, le 4 mars 2005, Kofi Annan déposait également à l'Assemblée générale un rapport sur la modification éventuelle du système de la répartition géographique et du nombre de postes qui y sont soumis. À peine un an plus tard, il affirmait que la diversification spectaculaire des activités de l'Organisation conduisait cette dernière à repenser fondamentalement son Secrétariat, c’est-à-dire à remettre en question non seulement sa structure, ses systèmes et ses textes, mais aussi ses traditions. Il ajoutait également que les compétences des fonctionnaires de l'ONU ne répondaient plus aux besoins d'aujourd'hui. Le sujet du fonctionnement et de la composition du Secrétariat des Nations Unies ainsi que le besoin urgent de réformer cet organe était donc clairement au cœur des préoccupations du secrétaire général Kofi Annan. Ce dernier était d'ailleurs le premier secrétaire général de l'histoire des Nations Unies à provenir directement des rangs du personnel du Secrétariat. Il y travaillait déjà depuis plusieurs années lorsqu'il a été nommé à ce poste pour la première fois en 1997.

La nomination de l'actuel secrétaire général Ban Ki-Moon, entré en fonction le 1er janvier 2007, aura toutefois eu pour conséquence de créer une certaine coupure en ce qui a trait à cette volonté affirmée de réformer le Secrétariat. Déjà, ce dernier souligne toutefois que l'une des tâches essentielles de son premier mandat sera« d'améliorer le système de gestion des ressources humaines et d'organisation de carrière de l'ONU ». Assurément, un dossier à suivre.

C'est dans ce contexte que nous nous intéresserons à une facette bien particulière du système de gestion des ressources humaines du Secrétariat de l'ONU, soit l'application de l'article 101 (3) de la Charte des Nations Unies qui traite spécifiquement du principe de la répartition géographique. Dans un premier temps, nous établirons le cadre conceptuel et les balises théoriques qui nous permettront de bien comprendre les tenants et aboutissants de 1'application de ce principe. Ainsi, dans le cadre d'une première partie, nous décrirons brièvement les principales composantes historiques, juridiques et structurelles de l'ONU. Nous traiterons également de la notion de fonctionnaire international, des organes principaux de l'Organisation et plus particulièrement de son Secrétariat.

En seconde partie, nous concentrerons notre étude et notre analyse sur le principe même de la répartition géographique. Nous nous intéresserons alors à ses fondements théoriques, à l'évolution historique de son application, aux critères et facteurs qui en établissent les bases ainsi qu'à la description des postes du Secrétariat qui y sont soumis.

La troisième partie du mémoire sera finalement consacrée à l'étude du cas du Canada, en tant qu'État membre de l'ONU. Notamment, nous nous intéresserons à l'implication du Canada et de certains de ses ressortissants au sein de l'Organisation des Nations Unies. Une analyse des statistiques nous permettra ensuite de constater l'évolution du positionnement du Canada en ce qui a trait à l'embauche de ses nationaux à ces postes du Secrétariat soumis au principe de la répartition géographique. Pour terminer, nous traiterons de certains scénarios possibles de réforme de l'application de ce principe et de l'impact de ceux-ci sur le nombre de Canadiens à être embauchés au sein du Secrétariat.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Informations complémentaires: Par Julie Patry ; [sous la direction du professeur Louis Sabourin] Comprend des références bibliographiques. Publié aussi en version électronique. Titre de l'écran-titre (visionné le 19 janvier 2016)
Mots-clés libres: Canada; ONU; recrutement; répartition géographique; fonctionnaires; administrateurs
Déposé par: Mme Maureen Bannon
Date de dépôt: 04 févr. 2016 21:53
Dernière modification: 16 mars 2016 18:52
URI: http://espace.enap.ca/id/eprint/85

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt