Dépôt numérique - propulsé par les bibliothèques
RECHERCHER

Considérations économiques et politiques des transferts intergouvernementaux et effets sur les dépenses locales : le cas des transferts de financement des services municipaux au Canada

Mehiriz, Kaddour (2012). Considérations économiques et politiques des transferts intergouvernementaux et effets sur les dépenses locales : le cas des transferts de financement des services municipaux au Canada. Thèse. École nationale d'administration publique, 192 p.

[img]
Prévisualisation
PDF (Version intégrale)
Télécharger (963kB) | Prévisualisation
[img]
Prévisualisation
PDF (Résumé)
Télécharger (86kB) | Prévisualisation

Résumé

Les programmes de transferts intergouvernementaux s’accaparent d’une proportion significative des fonds publics qui, en principe, devraient être utilisés à bon escient afin d’améliorer le bien-être de la population canadienne. Pour cette raison, il devient important d’en analyser la pertinence, notamment les facteurs qui expliquent la création et l’utilisation des fonds de ces programmes ainsi que leurs effets sur l’offre des services publics aux citoyens.

À cet égard, la présente thèse porte sur les considérations économiques et politiques des transferts intergouvernementaux de financement des services municipaux au Canada ainsi que sur l’effet de ces transferts sur les dépenses municipales. Trois articles ont été rédigés afin de répondre aux exigences en vigueur à l’École nationale d’administration publique.

Le premier article présente les résultats de l’analyse des raisons des transferts fédéraux de financement des infrastructures municipales au Canada. L’étude indique que les décisions des municipalités en matière d’infrastructures sont à l’origine d’externalités verticales qui touchent des secteurs stratégiques relevant des compétences du gouvernement fédéral et des provinces. Les programmes fédéraux de financement des infrastructures municipales auraient donc été adoptés afin d’inciter les municipalités à investir davantage dans leurs infrastructures et, de ce fait, d’internaliser ces externalités. L’étude indique que ces programmes sont également mis en place sous l’effet de la pression des municipalités et de leurs alliés, d’un contexte politique favorable à ce genre d’intervention ainsi que de l’amélioration de l’état des finances publiques.

Le deuxième article met l’accent sur la distribution des fonds des programmes fédéraux de financement des infrastructures municipales. Cet article montre que le Gouvernement fédéral et le Gouvernement du Québec semblent utiliser ces transferts à des fins électorales. Le mode d’utilisation de ces transferts ne correspond pas toutefois aux hypothèses tirées du modèle de McGilivray (2004). En effet, les transferts du programme TICQ 2000 ne semblent pas favoriser les circonscriptions électorales marginales, comme on peut s’y attendre dans un système politique caractérisé par un mode de scrutin majoritaire et des partis politiques qui possèdent un pouvoir considérable sur leurs membres. L’étude indique que les fonds sont davantage orientés vers les municipalités faisant partie des circonscriptions qui sont représentées par les membres du parti au pouvoir ou les municipalités des circonscriptions représentées par des élus qui sont influents au sein de leur parti, soient les élus ayant plus d’ancienneté ainsi que les élus occupant des fonctions ministérielles. Ce mode d’utilisation des fonds devrait en principe être constaté dans un système où les partis politiques ont un faible pouvoir sur leurs membres, comme celui des États-Unis (McGilivray, 2004; Milligan et Smart, 2005).

Le troisième article présente enfin les résultats de l’analyse des effets des transferts intergouvernementaux sur les dépenses municipales. L’analyse indique que les transferts de fonctionnement ont un faible effet sur les dépenses municipales. L’étude montre également que la réaction des municipalités semble être conforme aux hypothèses tirées du modèle de l’électeur médian. En effet, on observe que l’élasticité des dépenses municipales aux transferts de fonctionnement est équivalente à l’élasticité au revenu médian. On constate aussi une faible asymétrie entre l’effet de la hausse et l’effet de la baisse du montant de ces transferts.

Pris ensemble, les trois articles permettent de bien comprendre les raisons des transferts intergouvernementaux et leurs effets. Plus précisément, les résultats de l’étude montrent que les décisions concernant la création et l’utilisation des transferts intergouvernementaux sont le produit de tensions entre la rationalité économique et la rationalité politique des acteurs appartenant aux différents paliers de gouvernement. La performance des programmes de transferts peut donc dépendre de quel type de rationalité domine le processus de prise de décision. En ce qui concerne les effets des programmes de transferts, l’étude met des doutes sur la pertinence d’utiliser les transferts inconditionnels ainsi que les transferts conditionnels à enveloppe fermée comme moyen pour améliorer l’offre de services publics.

Type de document: Thèse (Thèse)
Informations complémentaires: Par Kaddour Mehiriz ; [sous la direction du professeur Richard Marceau] Comprend des références bibliographiques. Publié aussi en version imprimée. Titre de l'écran-titre (visionné le 14 décembre 2015)
Mots-clés libres: Transferts intergouvernementaux; Canada; Québec; services municipaux
Déposé par: Mme Maureen Bannon
Date de dépôt: 02 févr. 2016 20:58
Dernière modification: 02 févr. 2016 20:59
URI: http://espace.enap.ca/id/eprint/26

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt