Dépôt numérique - propulsé par les bibliothèques
RECHERCHER

La participation régionale à l’interface politiques-opérations : paradoxes dans l’administration fédérale canadienne

Kubina, Camille (2016). La participation régionale à l’interface politiques-opérations : paradoxes dans l’administration fédérale canadienne. Thèse. École nationale d'administration publique, 298 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette thèse explore le paradoxe de participation régionale produit de la contradiction entre le discours institutionnel d’inclusion et le sentiment régional d’exclusion de la prise de décision lors de la mise en œuvre des politiques publiques dans l’administration fédérale canadienne. La question au cœur de notre démarche est celle de la construction de la participation dans le discours des réunions à l’interface politiques-opérations composée des cadres de direction centraux et régionaux qui forment le niveau intermédiaire entre les cadres dirigeants et les gestionnaires opérationnels.

Cette thèse innove en étudiant, selon un cadre théorique paradoxal, des échanges horizontaux d’information entre pairs dans des organisations dispersées géographiquement. Une comparaison de deux cas de l’administration fédérale canadienne combinant l’observation non participante, des entrevues semi-dirigées et une analyse documentaire, nous a permis non seulement de distinguer les diverses interprétations de la participation régionale à la prise de décision, mais aussi de comprendre la gestion des tensions paradoxales par les divers acteurs.

Le paradoxe de participation engendre des tensions qui sont gérées selon des stratégies différentes. Dans un cas, le sens de la participation régionale est réel et la contradiction entre la plurivocalité et le respect de l’échéance est gérée dans une pratique de juxtaposition des deux pôles contradictoires. Dans l’autre cas, la participation régionale est symbolique et la tension, entre le respect de l’échéance au détriment de l’inclusion des informations régionales, suit une stratégie d’évitement des tensions. Dans ce cas, la non-participation régionale, ou silence, est imposée sous une façade de consultation des régions après qu’une décision soit prise au centre.

Nous illustrons les distinctions des deux cas en proposant le modèle du sablier pour représenter une organisation comme l’administration fédérale canadienne qui a un double mandat, c’est-à-dire de conseiller le gouvernement et de fournir des services. Cette thèse contribue au domaine de l’administration publique par l’attention portée au management public en région et contribue par une recherche empirique du concept de la participation appliqué à un groupe rarement étudié parce qu’il est difficile d’accès : les cadres de direction. La conceptualisation de la participation comme la possibilité d’exprimer sa voix pour exercer une influence sur le travail a permis également d’enrichir la recherche sur le silence organisationnel en distinguant le silence intentionnel du silence imposé. Cette thèse propose que des recherches ultérieures se penchent sur les stratégies de gestion des paradoxes dans les organisations publiques.

Type de document: Thèse (Thèse)
Informations complémentaires: Présentée par Camille Kubina ; [sous la direction de Luc Bernier] Comprend des références bibliographiques. Titre de la page de titre de la ressource électronique (visionné le 8 juin 2016).
Mots-clés libres: Participation; voix; silence; paradoxe; tensions; régions, management public
Déposé par: Mme Maureen Bannon
Date de dépôt: 08 juin 2016 20:36
Dernière modification: 08 juin 2016 20:36
URI: http://espace.enap.ca/id/eprint/137

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt